Les lourds à gros coeur

Un forum pour partager notre passion des chevaux de trait.
 
Accueilportail1FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ardennais

Aller en bas 
AuteurMessage
jumbo+freyja88

avatar

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 29
Localisation : 54
Date d'inscription : 23/01/2011

MessageSujet: ardennais   Dim 23 Jan - 2:16

L'ardennais est l'une des races de chevaux les plus anciennes de France et probablement le plus ancien cheval de trait en Europe.

Il appartient à un groupe de races dites lourdes, la théorie récente « des quatre lignées » en fait un descendant d'une espèce disparue appelée le cheval des forêts (Equus caballus germanicus), ancêtre commun de nombreuses races de chevaux massifs d'Europe de l'Ouest.
On l'a longtemps vu comme un descendant direct du cheval de Solutré, au 50e millénaire av. J.-C., qui vivait dans les bassins de la Saône et de la Meuse et qui se serait établi sur des plateaux schisteux au climat rigoureux à la même époque. Toutefois, en 1985, Jean-Pierre Penisson synthétisa des travaux à propos des nombreux restes de chevaux préhistoriques retrouvés dans la région ardennaise. Selon lui, ils appartiennent à des races différentes. Ainsi, durant le Würm II, deux ou trois espèces de chevaux du type Equus caballus semblent avoir vécu dans la région de Dommery, notamment Equus caballus germanicus et Equus caballus gallicus. Selon le laboratoire de géologie du quaternaire et préhistoire de l’université Bordeaux I, ces chevaux pourraient être à l'origine de l'ardennais. De leur côté, les chercheurs belges remarquent qu'à la même époque Equus caballus germanicus est progressivement supplanté par Equus caballus gallicus, qui est de taille plus réduite et plus svelte. Equus caballus gallicus devient alors un gibier très prisé par l’homme dès la fin du Paléolithique supérieur. Durant l'Holocène, le cheval se fait plus rare dans la région. Actuellement, rien ne prouve que les chevaux du site de Solutré aient migré vers les Ardennes.

L'ancêtre du cheval ardennais était probablement, comme le sont toutes les races avant l'organisation de l'élevage équin en France, de petite taille (environ 1,40 m au garrot), bien que des squelettes de chevaux toisant 1,50 m qui ont été déterrés dans la région soient cités comme ceux des ancêtres de l'ardennais actuel. Quoi qu'il en soit, plusieurs populations humaines ont côtoyé ces chevaux, pour s'en nourrir et plus tard les domestiquer, au moins à partir des Gaulois.

La race ardennaise est la seule parmi les races de chevaux actuellement présentes sur le territoire belge à être mentionnée dès l'antiquité. La présence de chevaux dans les Ardennes est en effet signalée par l'historien grec Hérodote, qui remarqua aussi les qualités des cavaliers du Nord de la Gaule. Ces chevaux sont ensuite mentionnés par Jules César lui-même, qui écrit qu'il trouva dans la « deuxième Belgique », dont les Ardennes faisaient partie, des animaux « rustiques, durs et infatigables » à l'époque de la guerre des Gaules. La population de chevaux sauvage locaux était déjà très prisée pour remonter différentes armées. Il semble qu'une garnison de 500 chevaux était présente à Carignan en 284, et que Mouzon fut un centre d'élevage et de formation pour la cavalerie romaine en 440.

L'ardennais est décrit comme « l'un des meilleurs chevaux lourds du monde ». Son standard est défini par les sociétés de stud-book belges, français et luxembourgeois, chacun ayant le sien propre. Ces standards sont très proches les uns des autres et s'accordent pour définir le cheval idéal comme compact, trapu et près de terre, de type bréviligne, mais néanmoins distingué et harmonieux. En Belgique, le standard de la race a été défini en 1948 et révisé en 2004.

Les robes les plus courantes chez l'ardennais sont le bai et le rouan, souvent avec le bout du nez, le contour des yeux, l'intérieur des jambes et le ventre d'une teinte plus claire ou légèrement gris. L'alezan, le gris fer, l'aubère et l'isabelle sont éventuellement admis. Le bai brun très foncé serait toléré, mais toutes les autres robes sont exclues.

Le poids d'un poulain ardennais à la naissance est de 50 à 80 kg. Comme tous les poulains de trait, il grandit et grossit très rapidement. À l'âge adulte, il peut peser de 700 à 1 000 kg, voire davantage.

La taille minimum exigée par le standard français de la race est de 1,54 m pour les étalons et 1,52 m pour les juments, mais dans les années 1980, l'ardennais dépassait rarement 1,55 m au garrot et pesait 500 à 600 kg s'il n'était pas destiné à la boucherie. La taille moyenne varie de 1,60 à 1,65 m au début du XXIe siècle, soit 1,60 m pour les femelles et 1,62 m pour les mâles en moyenne. Le standard belge a des exigences de taille différentes du français et le cheval ne doit pas dépasser 1,62 m pour les étalons et 1,60 m pour les juments. Il n'existe pas d'exigences pour le poids, celui-ci pouvant varier considérablement selon que le cheval soit destiné à la boucherie (il est alors vendu au poids) ou à l'attelage et aux loisirs.

La tête est expressive, parfois un peu longue, au profil camus (concave) ou rectiligne, avec des orbites légèrement saillantes, un front déprimé ou plat, un œil gros et expressif, des oreilles de petite taille pointées en avant, des naseaux larges et bien ouverts.

L'encolure est moyennement longue mais bien greffée, généralement rouée (dite aussi en col de cygne) et avec une crinière bien fournie.

La poitrine est profonde et ample, le poitrail profond, les épaules très robustes, le dos plutôt court, le corps moyennement gros. Ses membres courts lui donnent un aspect ramassé

Le rein est fortement musclé, la croupe généralement double, avec des hanches suffisamment larges, des fesses, des cuisses et des jambes très musclées.

Les membres doivent être secs et sains, avec des tendons détachés, des articulations basses et larges, de bons pieds, larges et à la corne saine, et des aplombs corrects. Les membres malsains et déficients sont à proscrire. Les fanons sont bien fournis.

Les chevaux ardennais possèdent le plus souvent un caractère très doux, et peuvent être menés sans problème par un enfant. Coopératifs et rustiques mais néanmoins énergiques, ils sont dociles. Ils doivent posséder des allures correctes, actives et assez détendues.

Les chevaux ardennais sont habitués aux conditions climatiques rudes de leur moyenne montagne d'origine et apprécient de vivre au plein air toute l'année, un abri leur est suffisant pour se protéger des intempéries. S'il n'est pas mis au travail, un animal adulte réclame 60 ares de prairies l'été afin de se nourrir. S'il est laissé à l'écurie, l'ardennais mange environ 12 kg de foin par jour auquel il faut ajouter régulièrement les 10 à 15 kg de paille qui composent sa litière. S'il est mis au travail, il doit recevoir une nourriture complémentaire généralement composée de rations d'avoine et de granulés. Comme tout cheval, il réclame une vermifugation trois fois par an, les vaccinations obligatoires contre la grippe et le tétanos, et le soin de ses pieds, par parage s'il reste au pré et par ferrage, s'il travaille.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jumbo+freyja88

avatar

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 29
Localisation : 54
Date d'inscription : 23/01/2011

MessageSujet: Re: ardennais   Mer 23 Mar - 21:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jumbo+freyja88

avatar

Féminin
Nombre de messages : 69
Age : 29
Localisation : 54
Date d'inscription : 23/01/2011

MessageSujet: Re: ardennais   Jeu 24 Mar - 15:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ardennais   

Revenir en haut Aller en bas
 
ardennais
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Roux ardennais
» A vendre : Roux ardennais
» Mes Titis
» Première photo de la femme de chambre de l'affaire DSK
» Roux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les lourds à gros coeur :: Les différentes races :: Les différentes races françaises-
Sauter vers: